0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Yahrzeit pour le Cardinal

J

ean-Marie Lustiger monta nerveusement sur le podium pour dire sa première messe. L’Église était pleine à craquer et le silence tangible. Au moment où il commença à parler, quelqu’un dans la foule hurla : « Les Juifs, dehors ! » La réponse de Lustiger brisa le lourd silence. « Bon, eh bien, si les Juifs doivent s’en aller, alors le gars sur la croix et sa mère derrière moi devront aussi partir. » Lire la suite

Notre Dame de Paris

D

es millions de gens dans le monde ont été choqués en voyant  la flèche de la cathédrale Notre-Dame se transformer en bûcher ardent et destructeur. Aujourd’hui la France est ébranlée par l’incendie tragique qui a détruit la toiture de son monument le plus aimé. La France qui se considère le bastion de l’athéisme et de la laïcité est en deuil en raison de la destruction de l’église la plus emblématique du monde. Pourquoi ? Lire la suite

T

oute forme de haine, notamment des chrétiens envers la racine à laquelle ils ont été greffés en tant que disciples de Christ, est une négation du salut. Une folie spirituelle.

L’actualité égrène les actes antisémites [1]. Il aura fallu qu’un intellectuel français se fasse insulter du fait de sa judaïté pour qu’un élan d’émoi saisisse politiques et journalistes. Le vent de contestation des « Gilets jaunes » (sur lequel j’ai écrit, et réalisé un podcast) a pris, pour certains, un virage surprenant, hideux, mais tellement classique dans l’histoire humaine : les Juifs sont forcément responsables du mal-être des peuples.

Une attitude déjà présente il y a 26 siècles, dans la bouche d’Haman qui susurre à Xerxès, roi perse : « Il y a un peuple à part. Ils sont partout, infiltrés parmi tous les peuples, dans toutes les provinces de ton royaume ; leurs lois les distinguent de tout peuple, et ils n’exécutent point les lois du roi : il ne vaut rien pour le roi de les laisser en repos » (Esther 3.8). L’infiltration évoque la manigance, l’influence sournoise. Des lois différentes génèrent la suspicion d’un mépris ou d’une indépendance potentiellement dangereuse. Il ne manque que la référence au Dieu unique et exclusif (relevé comme problématique chez Daniel en exil à Babylone) pour gêner un pluralisme qui pourtant se veut très large. Lire la suite